Roc Fanfare et La Saint-Vincent offrent un très beau spectacle à Louvigné (35)

Ce dernier dimanche d’avril, « Roc Fanfare » de Mellé-Villamée (35) accueillait dans la très belle salle du Centre Culturel Jovence de Louvigné du Désert, « La Saint-Vincent » de Saint-Vincent des Landes. Celle-ci surprit le public par un magnifique spectacle  musical : « Buphalia » de Fabien Bataille !

En première partie, sous la direction de Patrice Brière, Roc Fanfare se lança dans un répertoire éclectique :  Ode à St-Bernard (A. Lantin), Galactix (A. Carlin), The sands of time (C. Tavernier), Le combat des mers (A. Telman), Chant d’Ouest (J.J. Charles).P1080887

Le groupe de percussion, sous  la direction de Corentin Lecointre, présenta : Rythmo kid (D. Lefèvre), Divertissement  (M. Mathieu), Cacyete (N. Pringault), Acanagua (C. Leleuch).

L’orchestre se remit à l’œuvre pour nous faire écouter : Band FM (D. Tasca), On stage (J.J. Caplier), Le rythme dans la peau (A. Loichot), Gangnam style (arr. M. Rufet).

A l’entracte, Pierre Juillard nous a présenté toute la gamme d’instrument en bois qu’il a conçu et que chacun, avec beaucoup d’étonnement, a pu essayer : clairon, cor, trompette, clairon basse !

En deuxième partie, La St-Vincent interprétait « Buphalia », spectacle musical qui met non seulement en scène la batterie-fanfare mais aussi 30 acteurs et danseurs (musique composée par Fabien Bataille , mise en scène d’Aurélie Ventroux, textes de Christophe Martineau).

P1080915

Ce conte musical subjugua la salle qui fut séduite d’être plongée dans la galaxie et de constater l’évolution des deux planètes jumelles dont les peuples s’asservirent puis, triomphe de l’amour,  s’unirent. Les couleurs, la projection dans l’espace des spectateurs portés par une expression musicale remarquable et illustrée par des acteurs et danseurs de talent, séduisirent non seulement le public non averti mais aussi les spécialistes du genre.

En final, l’ensemble des musiciens interpréta  Viva la vida de Cold Play arrangé par Mériadec Rufet, et Step tonic de Daniel Tasca.

Christophe GLATRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *